Horizon Livre - Librairie Balade, Randos et Pyrénées
Accueil Dossiers Cols et cirques Pla d'Adet

Pla d'Adet

Voilà un autre haut lieu des Hautes Pyrénées : le Pla d'Adet. Certes, c'est une station de sport d'hiver donc au sommet se trouve pas mal de chalets qui gâchent un peu le paysage mais pour ce qui est de la montée, elle n'a rien à envier aux autres cols des Pyrénées! Elle fut le théâtre de la dernière victoire d'étape de Poulidor sur le Tour de France en 1974. Une montée durant laquelle il a battu à la pédale le grand Eddy Merckx relégué à plus de 2min (mais qui avait plus de 8min d'avance au général). Lucien Van Impe a également gagné à 2 reprises dans cette station.

Etant donné que c'est une station de sport d'hiver, elle n'a qu'un seul versant. La station culmine à 1680m d'altitude pour une longueur de 10,2 kilomètres et 8,5% de pente moyenne, ce qui représente environ 850m de dénivelé! Un gros morceau, surtout que les 3 derniers kilomètres sont faciles!

Lorsque le cycliste se trouve à Saint Lary, il faut prendre la direction de Vignec à l'ouest. Là, la montée va commencer directement sur de très forts pourcentages! Une longue ligne droite sur des pentes entre 9 et 11%.  Une ligne droite interminable sur une route large au début et en très bon état bordée sur la droite par un petit muret blanc évitant la chute dans le ravin, ce qui pourrait être assez facheux. Beaucoup trouvent le paysage et la vue sur la vallée de Saint Lary en contrebas très jolie, moi je n'ai pas trouvé, mais cela dépend de chacun je pense. L'inconvénient de cette route est la fréquentation automobile qui reste élevée en été. Après plus de deux bons kilomètres de ligne droite sur ces pentes à 9-11%, la route part en épingle à gauche. Détrompez vous! La pente ne baisse pas! Et c'est reparti dans l'autre sens dans une grande ligne droite de nouveau avec la vue sur la vallée sur notre gauche! Attention au vent qui souffle fort dans ce coin là! Tantôt de face, tantôt dans le dos selon le lacet dans lequel on est!  Cette pente rude et usante ne va pas faiblir pendant encore plusieurs kilomètres! Une éternité. La route va finir par être un peu plus sinueuse en approchant du village de Soulan mais pas énormément non plus. La portion juste avant Soulan et dans le village est très raide à 11% de moyenne! A Soulan nous sommes au 7e kilomètre de l'ascension, il en reste moins de 4 jusqu'au sommet et là, le cycliste peut se dire que le plus dur est fait! Quelques centaines de mètres après Soulan, la route va devenir plate pendant environ 200m. A cet endroit se trouve un grand parking ainsi qu'une bifurcation avec une route partant sur la droite en direction du col du Portet (2215m). Pour continuer vers le Pla d'Adet il faut continuer sur la route principale qui part vers la gauche. Après les 7 premiers kilomètres, les 3 derniers c'est vraiment de la rigolade. Un kilomètre à 3,5% suivi d'un autre à 5% avant de se retrouver sur un dernier kilomètre au milieu des chalets, à 7%. Sur cette dernière portion, la route passe dans une petite forêt qui sera appréciée du cycliste par forte chaleur!
Au sommet, comme je le disais, la vue est gâchée par les chalets mais on peut quand même en profiter. Sur le versant d'en face il est possible d'apercevoir les lacets montant vers le col du Portet, tandis que la vue sur les sommets alentours est dégagée.

Cette montée est donc courte mais très raide sur le début et c'est quand même avec un certain soulagement que le cycliste arrivera là-haut. Attention au vent qui souffle souvent fort sur le début de la montée très exposée. Le paysage ne vaut pas celui du Tourmalet ou du Soulor, mais il est quand même sympa au sommet.
 

Actualités

  • Messe des Bergers (25.06.12)

    La quinzième édition de la messe à la cabane du val d'Arizes est programmée pour le dimanche 15 juillet à 11 heures. Elle sera servie par le père Gaétan avant son retour à Madagascar, son pays d'origine. Cette messe, à l'attention des bergers menant les troupeaux dans les hautes prairies pour la période estivale a tout d'abord été discrète. Seuls quelques amis avaient fait la marche. Cette année, les organisateurs espèrent bien battre le record des dernières années et dépasser le seuil des 300 randonneurs. Célébrer cette bénédiction juste après le 14 juillet paraît de bon augure aux organisateurs : Jeannot, Jean-Pierre, Marcel…. et sera l'heure de fêter l'événement, comme d'habitude et comme ils l'entendent dans la simplicité et le partage. Extrait de la Dépêche du midi du 25/06/2012
    Lire la suite...
  • Et la Marmotte... (25.07.12)


    Espèce emblématique de la montagne Pyrénéenne, la marmotte est l’un des mammifères les plus faciles à observer lors des randonnées estivales en montagne. Son aire de répartition se situe entre 1200 et 2500 m d' altitude. La Haute-Vallée d’Aure, la vallée de Luz-Saint-Sauveur ou de Cauterets sont de magnifiques endroits pour les observer dans les Hautes-Pyrénées.

    Les marmottes vivent en famille dans un réseau de galeries souterraines reliant plusieurs terriers qu’elles creusent à l' aide de leurs pattes antérieurs munies d' ongles longs. La marmotte pèse de 3 à 5 kg et mesure de 45 à 60 cm de long. Les marmottons, plus petits sont visibles à partir de la mi-juillet : leurs jeux et leurs mimiques sont irrésistibles !

    Le pelage de la marmotte est brun-jaune, le sommet de sa tête est plus foncé, son ventre plus clair et sa longue queue touffue (de 15 à 25 cm de long) est brune à la base et noire au bout. Elle a de petites oreilles et des courtes pattes terminées par de petites mains composées.

    Les marmottes se reconnaissent entre elles à leur odeur grâce à des glandes secrétant un liquide odorant qui permet à chaque animal de se reconnaître selon un rite qui consiste à renifler son voisin ou voisine au niveau des joues. Ce mode de fonctionnement permet de sauvegarder l' unité de la communauté et de délimiter l' espace de vie.

    Chaque groupe familial possède son territoire, dans lequel se trouvent des pistes, des postes de guet, des terriers et de la nourriture. Plusieurs familles voisines forment une colonie.

    Se sentir , se reconnaître , crier , jouer , se prévenir du danger , fuir, défendre les limites de son territoire, manger et aussi se " soleiller" , sont des actes de la vie les plus souvent observés dans une colonie de marmottes. Pour mettre toutes les chances d’observer les marmottes de votre côté, évitez de parler, marchez lentement sans mouvements brusques, et accroupissez vous pour casser la silhouette humaine. Les jumelles ne sont pas indispensables mais peuvent se révéler utiles. Pour découvrir plus de photos de marmottes, vous pouvez visiter mon site internet : www.plein-de-vie.com , mes cours photo peuvent vous permettre de les observer et de les photographier dans de bonnes conditions (de mai à octobre sur réservation à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ). Michael Martinez, photographe naturaliste 
    Lire la suite...

  • "Toulouse d’été a toujours eu à cœur de faire partager la musique au plus grand nombre. A travers une programmation volontairement plurielle mêlant allégrement le classique, le jazz, la chanson, le rock, les musiques du monde voire l’électro, le Festival ne cherche-t-il pas à provoquer la curiosité du spectateur, de tous les spectateurs ?"

    nous vous proposons de consulter le site suivant pour toutes les informations : http://toulousedete.org/
    Lire la suite...
  • LES ETOILES DE PAU 2012 
    Compétitions Equestres Internationales 

    CCI**** 4 Etoiles du HSBC FEI Classics 
    24 au 28 octobre 2012 à PAU
    Vivez des émotions hors du commun, vibrez au rythme de l’élite des cavaliers internationaux! 

    Préparez vous à vivre quatre jours de sensations fortes! 

    Pau accueille le seul Concours Complet International 4 Etoiles en France et fait partie des 6 plus grands évènements au monde en rejoignant le club restreint des CCI 4 étoiles: la Grande-Bretagne (Badminton et Burghley) les Etats-Unis (Lexington, KY) l’Allemagne (Luhmühlen) l’Australie (Adelaide) Historique 22 ans de concours   Sous l’impulsion du Dr Chambaud, Maire de Lons, l’idée de l’organisation d’une épreuve hippique internationale prend forme en octobre 1990. En 1990, l’association « compétitions équestres Pau-Pyrénées » (CEPP) est créée. Le premier Concours Complet d’Amitié (CCA) accueille 4 nations au Domaine de Sers à Pau. Ce site, 2ème centre d’entraînement des courses (galop) de France, géré par la Société des courses des Pyrénées Atlantiques, offre un des plus beaux stades équestres d’Europe. En 1991, Pau devient CCI* et accueille 6 nations et 84 engagés. Dès 1992, Pau devient CCI** et accueille pour la première fois les « tops-cavaliers » néo-zélandais, Marc TODD ET Andrew NICHOLSON, qui drainent dans leur sillage les meilleurs cavaliers et espoirs de la scène internationale, pour la plupart installés en Angleterre. De 1992 à 1997, le CCI** de Pau–Pyrénées progresse régulièrement et s’installe parmi « les Grandes Epreuves » Internationales. Des efforts considérables sont faits au niveau de la construction  technique des obstacles, de la préparation du sol et de l’accueil des participants. En moyenne 10 à 16 nations sont présentes à Pau. En 1997, le CCI** de Pau–Pyrénées obtient un grand succès populaire avec 15 000 spectateurs dans le week-end. En 1998, le CCI** de Pau bat tous les records : 119 concurrents de 19 nations prennent le départ. 20 000 spectateurs viennent pendant le week-end assister à ce grand évènement sportif et fête du cheval. Fort de ce succès, la FEI (Fédération Equestre Internationale) confie à la France l’organisation des Championnats d’Europe FEI senior de concours complet sur le site de Pau pour l’an 2001 ! En 2003 et 2004, CEPP organise la finale de la Coupe du Monde du Triathlon Equestre. En 2005, CEPP organise une des étapes de la Coupe du Monde du Triathlon Equestre. En 2006, Pau obtient sa Quatrième étoiles et accueille en 2007 le CCI****. En 2007, organisation du Premier CCI**** Français. En 2008, Pau organise son deuxième CCI**** et reçoit les félicitations des professionnels et amateurs pour ce concours d’exception ! Les éditions de 2009 à 2011 continuent d’assoir sa renommée mondiale avec toujours plus de participants et de spectateurs (40 000 en 2010).   Les étoiles de Pau aujourd’hui :   Aujourd’hui, le CCI**** suscite un réel engouement sportif puisque nous avons atteint un record de demandes de participation en 2011 avec 95 demandes d’engagement! Du jamais vu à Pau et une belle reconnaissance pour les organisateurs.

    Elément pris sur le site :http://www.event-pau.fr/

    Lire la suite...

  • Richesses Naturelles des Pyrénées, ce titre est le nouvel ouvrage d'André Imbert, dont la parution est prévue pour octobre 2012. Nous vous proposons un extrait de présentation.

    "Cet ouvrage, richement illustré a pour ambition de faire connaître, de façon extrêmement simple et pédagogique, les richesses naturelles des Pyrénées.
    La flore, décrite selon son étagement altitudinal, avec ses nombreuses espèces endémiques.
    La faune, de l'ours jusqu'aux insectes an passant pra les papillons et les rapaces.
    L'eau constitue un atout précieux pour les Pyrénées, autant pour les loisirs (pêche, sport, sport de glisse ...), la santé (thermalisme) que pour son intérêt économique (barrages, irrigations, ...). Elle participe largement à la création de paysages (grottes, gouffres, cirques glaciaires,...).
    La géologie, abordée de façon simple, donnera un nouvel attrait aux sorties en montagne; on sera désormais attentif aux roches, aux fossiles, et on comprendra mieux l'histoire géologique des Pyrénées."

    Ce livre très intéressant  est rédigé par André IMBERT, ancien professeur agrégé des Sciences de la Vie et de la Terre. Il est l'auteur de nombreux ouvrages comme "Paysans des Pyrénées et des montagnes de Bigorre" paru aux Editions Loubatières en 2002.
    Il est possible de réserver son exemplaire par le biais de bon de souscription. Le prix de souscription est de 29 € au lieu de 39 € après 30/09/2012. Bonne lecture.
    Lire la suite...

  • Je vous propose un copie de l'article que je vient de lire sur la site France Agricole.fr.

    Article parue le 18 janvier 2012.

    "Quelque 70 producteurs de lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques ont déversé mardi plusieurs milliers de litres de lait devant l'aéroport de Biarritz pour protester contre les industriels qu'ils accusent de boycotter leur coopérative.
    C'est la deuxième action de ce type en moins d'une semaine. Jeudi, une soixantaine de producteurs du Pays basque et du Béarn avaient déjà déversé 8.000 litres de lait devant la maison de l'agriculture de Pau.
    Mardi, les manifestants ont déversé leur production devant l'aéroport de Biarritz à côté d'un panneau indiquant « Bienvenue sur le territoire Ossau-Iraty », en référence à l'appellation d'origine protégée (AOP) dont bénéficie le lait de brebis produit dans le département.
    Les producteurs, réunis au sein de la Coopérative laitière du Pays basque, souhaitent interpeller les industriels de l'interprofession ovine qui, selon eux, demandent aux producteurs adhérents de boycotter leur coopérative depuis l'annonce, il y environ un an, de la création d'une laiterie pour valoriser l'AOP Ossau-Iraty.
    « Rien n'a bougé à la suite de notre première action. Nous n'avons pas eu de réponse de l'interprofession. Nous continuerons jusqu'à ce qu'on nous propose une solution », a affirmé André Iribarne, le président de la coopérative.
    Selon lui, en 2011, 1,350 million de litres de lait de la coopérative n'ont toujours pas trouvé preneurs cette année, notamment en raison des importations de lait d'Espagne permettant de mettre sur le marché des fromages sans AOP, mais utilisant l'image du Pays basque.
    Ce lait d'importation se négocie entre 0,72 et 0,75 euro le litre alors que le lait d'origine protégée Ossau-Iraty est vendu environ 1,05 euro le litre."
    Lire la suite...

  • Tout le monde connaît en montagne les traits rouges et blancs qui jalonnent les sentiers. Tous les GR (itinéraires de Grande Randonnée) de France et de Navarre sont balisés de la même couleur. Tous les ans, un peu avant l'été, des bénévoles de la Fédération française de randonnée pédestre (FFRP) s'arment de pinceaux et de pots de peinture pour remettre en état chaque balise. André Berrotte est de ceux-là. Voilà des années qu'il s'investit et se rend utile pour le plus grand nombre. Des années aussi qu'il est président du Comité départemental de la randonnée pédestre. D'avril à juin, lui et les soixante et onze autres baliseurs des Pyrénées-Atlantiques s'en vont sur les chemins pour repeindre le balisage défectueux. "Ce qui compte, c'est rendre la marche du randonneur la plus fluide possible, et qu'il n'hésite pas à une bifurcation. Le balisage doit être logique, évident et visible en cas de brouillard." Une caisse à outils bien fournie Les Pyrénées-Atlantiques comptent 850 km de GR et près de 1 500 km de sentiers en tout genre. "On ne balise que les GR, poursuit André Berrotte, toujours en binôme. Patrice Bellanger, le responsable de la commission sentier, distribue à chacun un tronçon bien particulier qu'il s'agit d'arpenter dans les deux sens, pour vérifier le balisage." Le tronçon d'André part de Logibar jusqu'à Sainte-Engrâce, en Soule. Mais il lui arrive de prêter main-forte ailleurs, lorsqu'il faut repasser derrière certains, corriger des erreurs ou des négligences. Sa petite caisse à outils bien fournie, André est pointilleux et apprécie le travail bien fait. À l'aide d'une brosse et d'une pince pour couper les ronces, il nettoie avant de peindre sur des supports toujours bien visibles. Mais l'aménagement et l'entretien des sentiers restent l'apanage des entreprises d'insertion subventionnées par le conseil général. "Je randonne utile" Parler de lui, il n'aime pas ça. Il oriente autant que possible la conversation vers la FFRP, ce pour quoi il s'est engagé. "Je faisais partie du comité départemental du tourisme équestre qui s'est rapproché du comité de la FFRP. Ils cherchaient un président, et sans trop savoir comment, on m'a confié le poste. C'est comme cela que je me suis retrouvé baliseur. Du coup, je randonne utile. Et j'aime ça." André présente les topos édités par la FFRP, parle aussi des chemins de randonnée transfrontaliers (GRT). Un projet qui se met en place avec les communes concernées. Une vingtaine est déjà homologuée dans le département. Et pour parer au cafouillage engendré par les nombreux croisements entre les différents chemins, le conseil général réfléchit à une signalétique qui représentera bien chaque sentier à chaque intersection. La Fédération française de la randonnée pédestre a aussi créé une fiche d'appréciation destinée aux randonneurs, Eco Veille. Elle permet de faire un état des lieux, de dire ce qui ne va pas. Elle se télécharge sur le site de la Fédération et est distribuée dans les gîtes et les offices du tourisme. André Berrotte est intarissable. Sa Fédération, c'est aujourd'hui son moteur pour arpenter les chemins. À cheval ou à pied, l'homme se plaît à vadrouiller. À 75 ans, il n'est pas prêt de poser son sac. ZOOM Une vie sur les chemins André Berrotte a l'âme nomade. Il a passé sa vie sur les routes et les chemins, d'abord comme guide équestre aux quatre coins de la planète, ou presque. Tunisie, Algérie, Maroc, États-Unis… Et sur la traversée des Pyrénées qu'il connaît, du coup, mieux que personne. En 1991, il devient coordinateur de la structure environnement pour l'association Béarn Solidarité qui s'occupe de l'insertion des publics en difficulté. Leur travail consiste à nettoyer les sentiers, ainsi que les rivières et les berges. Aujourd'hui à la retraite, il poursuit son bénévolat à la Fédération française de randonnée pédestre (FFRP), se plaît à arpenter les sentiers, seul ou à deux, à oeuvrer pour la communauté, se rendre utile. C'est ce qui le motive. André Berrotte ne monte plus à cheval, mais il est toujours en chemin. Qu'importe le moyen de transport en fin de compte. Par Laurence Fleury article paru dans le République des Pyrénées du 18/08/2012
    Lire la suite...







  • Nous vous remboursons jusqu'au 31 août 2012, les frais de port pour la commande de trois cartes de randonnées sur toute la rubrique carte de la librairie Balade Rando Pyrénées.
    La carte de randonnées, malgré la technologie, reste indispensable pour la pratique de ce sport en montagne. Pas de problème de panne, il ne faut jamais négliger les risques de l'environnement qui peut devenir rapidement hostile avec un changement climatique brutal, ... Le format permet de la glisser facilement dans son sac à dos avec sa boussole, le poids n'est en aucun cas un handicap. Comme l'on dit souvent : deux précautions valent mieux qu'une.
    Lire la suite...
  • A compter du 23 juin 2012, l'aéroport de Tarbes-Ossun-Lourdes proposera une nouvelle destination : Barcelone.
    La compagnie low-cost Vueling, filiale d'Iberia,  vient de signer un accord pour proposer deux rotations par semaine, les mardis et samedis.

    Les horaires prévues sont :
    Départ à 12 h 35 de Barcelone pour une arrivée à l'aéroport Tarbes Ossun Lourdes à 13 h 40. Départ à 14 h 10 de l'aéroport Tarbes Ossun Lourdes pour une arrivée à Barcelone à 15 h 10. Elle affrétera des Airbus A320 d'une capacité de 180 places, les premiers prix avoisineront les 30 €.
    Lire la suite...



  • 3es CONFRONTATIONS DE LA MONTAGNE REBELLE

    jeudi 27 septembre 2012 - 9h30 à l'Hospitalet

    Territoires en marge : un cas d'école


    Préoccupation majeure de notre société, l’éducation et l’avenir de la jeunesse sont une priorité nationale. Elle se confronte à de nombreux problèmes et fait l’objet de débats et polémiques incessants. Au cœur de ce sujet sensible surgissent des questions, des anxiétés, des impasses : décrochage scolaire, panne de l’ascenseur social, augmentation des inégalités, chômage des jeunes...
    De nouveaux modèles peuvent-ils émerger ?
    Quelles expérimentations innovantes à mettre en œuvre pour demain ?

    Des territoires fracturés côtoient des territoires délaissés
    Là où la ville se confronte à de vives fractures sociales, les zones rurales et de montagne subissent une déscolarisation sans précédent... Deux univers se désagrègent sans se voir. Les uns, vivent de plein fouet les surcharges, les manques de moyens mais aussi les tensions culturelles et sociales qui surgissent dès le plus jeune âge. Les autres tentent de conserver des écoles qui disparaissent une à une, laissant en friche toute idée de resocialisation locale. Non, l’école n’est plus la même partout en France...

    Territoires en marge : une ressource insoupçonnée ?
    Ces territoires ruraux constituent, par nature, un terreau favorable au renouvellement des pratiques éducatives. Une pépite ignorée où la décentralisation donne pourtant aux collectivités territoriales des marges de manoeuvre nouvelles, où la mobilisation des parents, des enseignants et de collectifs démontre que ces territoires sont de véritables laboratoires d’idée. Des lieux d’expérimentation et d’innovation où peuvent se conjuguer culture, connaissance, accès au monde réel et aux métiers, confiance, brassage de proximité, transmission intergénérationnelle, coopération, individuation, valeurs collectives, socialisation qui génèrent un effet positif sur l’intégration sociale et la réussite scolaire.

    Cas d’école. Le «faible» sera-t-il le levier du «fort» ? Les territoires en marge constituent-ils une ressource insoupçonnée pour l’ensemble de la cité ?
    Intervenants
    :

    Marc CARBALLIDO, vice-président du Conseil régional Midi-Pyrénées,
    Pierre CHAMPOLLION, président de l’Observatoire de l’Ecole Rurale, inspecteur d’Académie Inspecteur Pédagogique hors-classe - Chercheur. Grenoble.
    Marc DEMEUSE, professeur à l’Université de Mons. Directeur de l’Institut d’Administration Scolaire de Belgique.
    Eric BARDON, Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux. Paris. Membre du think tank européen : «Groupe Saint-Germain».
    Patrick DENOUX, professeur de psychologie interculturelle. Université Jules Verne. Amiens. Membre du think tank européen : «Groupe Saint-Germain».
    Didier HOUGUET. Ministère des finances. Paris. Ancien conseiller du ministre de l’Économie. Spécialiste du monde rural et des collectivités locales.
    Jean TKACZUK président de la Commission recherche et enseignement supérieur du Conseil régional Midi-Pyrénées.
    Lire la suite...

Le saviez-vous ?

  • Bornage des Pyrénées (12.04.13)
    La chaine des Pyrénées comprend 602 bornes. La borne n°1  débute sur la rive droite de la Bidassoa, pour se terminer au pied du Cap de Creus avec la borne 602. Ce bornage remonte à l'époque du Traité des Pyrénées.
  • La Pala Carta (23.10.12)
    La Pala Corta 

     
    Spécialité virile entre toutes ,elle est pratiquée avec un instrument ou "massue".
    Il faut aux joueurs des qualités physique et d’adresse exceptionnelles pour retourner pendant les échanges une pelote dure et vive. Régulièrement les palistes recouvrent de ruban adhésif (Chatterton) et résine de pin le manche de leur instrument pour favoriser son adhérence
    .


    La région Midi‐Pyrénées est une région phare pour la Pala corta puisque elle possède en son rang les champions du monde en titre 2010 à Pau et les vainqueurs de la coupe du monde 2011 à Brive, Sylvain Brefel et Thomas Iris.

    Mais les grands espoirs au niveau mondial dans cette discipline, ce sont les jeunes Tarbais Pierre Adrien Casteran et Benoit Chatellier.
    Déjà 4 fois Champions de France junior et 1/2 finalistes des derniers championnats de France seniors, ils espèrent décrocher leur premier titre de Champion du Monde le 28 Octobre , chez eux , à Tarbes.
  • Gaye Mariolle (04.07.12)
    Le soldat de Napoléon, Gaye Mariolle, natif de la vallée est à l'origine de la célèbre Fête des Mariolles de Campan dans les Hautes Pyrénées. 
  • Gaztelu Zahar (04.07.12)

    Fondé en 1945, Gaztelu Zahar est le premier chœur d'hommes du Pays basque français. Aujourd'hui, ses membres perpétuent la tradition transmise par leurs aînés du chant choral basque populaire.
  • Hourquette d'Ossoue (23.04.12)

    Le plus haut col sur la route du GR10 est celui de la Hourquette d’Ossoue dans le massif du Vignemale à 2 734 m d’altitude.